La question sexo : “Je n’ai pas de bonheur au cours des rapports sexuels”


La question sexo : “Je n’ai pas de bonheur au cours des rapports sexuels”

Allo Trendy ? Chaque semaine, nous repondons a vos questions sur l’amour, le sexe, des relations… et bien le reste. Cette semaine, Caroline repond a Charline, 17 ans, qui ne ressent rien au moment de l’acte sexuel.

Le sujet de Charline

J’habite avec mon copain voili  huit mois et je ne ressens aucun plaisir pendant “l’acte”. Pourtant, j’en ressens pendant nos preliminaires. Je lui en ai parle, mais on ne sait pas trop quoi faire. Nous avons deja tente diverses trucs (positions, avec ou sans preservatif, etc.), rien n’y fera. Je pense que cela vient de moi, parce que, de son cote, il n’y a pas de probleme. Il ne me fait rien que je n’aime pas. Neanmoins,, un coup, je lui ai meme demande d’arreter car votre n’etait aussi gui?re rejouissant. Du coup, j’ai peur de faire un blocage. Je n’ai plus envie d’effectuer l’amour. Que faire ?

La reponse de Caroline

Bonjour Charline, En lisant la petit commentaire, j’ai plusieurs pistes a vous apporter. Vous dites ressentir du joie pendant les preliminaires. Peut-etre que pendant votre temps libre de “preparation”, la clitoris reste fort sollicite via les caresses de votre mari. Pendant l’acte lui-meme, et donc la penetration, il est rГ©fГ©rence utile peut-etre legerement ignore (pourquoi pas, si vous faites l’amour en levrette).

J’ai donc 2 recommandations a vous apporter : d’abord, faites durer nos preliminaires car ils detendent, font monter l’excitation et vous ouvriront plus rapidement des portes du bonheur. Ensuite, pratiquez des positions qui ne negligent gui?re votre clitoris. Les plus ideales ? Notre missionnaire – lui sur vous – et l’Andromaque – l’inverse. Ainsi, ce clitoris continuera d’etre active en meme moment que la penetration. Le bonheur vaginal n’est pas forcement evident et on conseille a toutes les jeunes filles de stimuler clitoris et vagin en meme temps.

Le bonheur depend aussi de notre etat de relaxation, notre capacite a lacher-prise. Peut-etre que quelque chose vous met en gali?re a l’aise lors d’la penetration.

Ensuite, notez que le ravissement depend aussi de notre etat de relaxation, notre capacite a lacher-prise. Peut-etre que quelque chose vous met en gali?re a l’aise au cours d’la penetration. Il n’est pas enfantin au debut de sa life sexuelle d’accepter “la presence de quelqu’un d’autre en soi”. On se devoile a un quidam, on ouvre le intimite, il va falloir des fois un moment. Aussi, petite note : les preliminaires paraissent souvent tres doux, l’acte plus “dynamique”. Passer votre cap ne vous plait peut-etre pas. Est-ce que vos rapports ne sont pas assez doux a ce sens ?

Autre hypothese : peut-etre que vous ne lachez gui?re vraiment prise, car vous apprehendez l’instant en vous disant : “oh non, je ne vais plus avoir de plaisir”.

Un cercle vicieux , qui met le cerveau aux commandes de votre ravissement : des pensees negatives sont envoyees et vous bloquez.

Mon conseil pour bouger de votre schema et vous rassurer : faites l’amour sans penetration. L’acte sexuel est en mesure de etre fait de preliminaires juste. On peut se toucher pendant de grandes minutes, jouir ensemble, decouvrir des choses. En jouant a ca quelques fois, et parce que le joie sera au rendez-vous, vous serez plus detendue pour la prochaine fois “avec penetration”.

L’acte sexuel est en mesure de etre fait de preliminaires seulement. On peut se toucher pendant de grandes minutes, profiter ensemble, decouvrir des choses.

Autre methode : faites de longs preliminaires et au moment oi? vient la penetration, ne sa faites jamais durer ! Votre mari peut vous penetrer deux minutes, puis sortir, jouer bien avec vous, ainsi votre ravissement n’aura gui?re moyen de s’effondrer.

Et concernant finir, j’ai deux autres remarques ! Vous dites que vous communiquez avec votre mari, vous lui dites votre que vous n’aimez jamais, et c’est une tres belle chose. Il va falloir partager son ressenti et chercher a deux (en demeurant dans la douceur). Ainsi, vous pouvez lui faire part sans gene de l’aide donnes ci-dessus. Dites-lui aussi, pendant l’acte, de garder un peu de “ces gestes preliminaires” qui vous excitent certainement : qu’il n’oublie pas vos seins, continue de vous embrasser et caresse votre clitoris.

Enfin, vous dites avoir eu du ravissement un coup. Alors la question reste (et je vous laisse la-dessus, vous avez trois heures !) : Qu’est-ce qui est different cette fois-ci ? Etiez-vous plus detendue ? Quelle heure etait-il ? Dans quelles conditions faisiez-vous l’amour ? Ou etiez-vous ? Faisait-il noir ? Dans quelle position etiez-vous ? Des indices se cachent peut-etre ici. et n’hesitez nullement a nous reecrire si des eclairs s’offrent a vous. Nous en discuterons !